Le marché allemand

© Fotolia/JFL Photography

Avec un PIB s’élevant à plus de 3 000 milliards d’euros, l’Allemagne est la première économie d’Europe et occupe la quatrième place au classement mondial. Son économie repose essentiellement sur une politique d’exportation forte, ce qui en fait un pôle d’investissement de choix pour les investisseurs étrangers.

 

 

  • L'économie allemande
  • Système politique

L'économie allemande

De nombreux facteurs font de l’Allemagne un lieu d’investissement incontournable. Les coûts du travail s’avèrent avantageux et permettent de profiter pleinement de sa main d’œuvre qualifiée : 81 % des Allemands disposent d’un baccalauréat ou d’une formation professionnelle. Grâce à la législation allemande, les travailleurs bénéficient d’une situation salariale stable et d’un environnement de travail agréable, ce qui se révèle synonyme de performances et de rendement.

Grâce à sa position centrale en Europe, l’Allemagne est un pôle d’investissement particulièrement intéressant. Elle se démarque dans de nombreux secteurs, notamment dans le domaine logistique, où ses performances lui ont permis de se frayer un chemin jusqu’à la première place mondiale de l’indice de performance logistique publié par la Banque mondiale en 2016.

Les secteurs attractifs sont nombreux en Allemagne. En tant que pionnière dans le domaine des technologies environnementales, elle a conquis entre 6 et 30 % des parts du marché mondial, tout segment confondu. L’industrie chimique allemande jouit également d’une place centrale. En effet, elle occupe la première place en Europe et la quatrième mondiale. Mais l’Allemagne ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans son industrie de construction mécanique, que l’on connait grâce au fameux « made in germany ». Celle-ci constitue la pierre angulaire de l’économie et permet aux autres secteurs un développement efficace.

Système politique

L’Allemagne est un État fédéral divisé en 16 régions : les Länder. Ceux-ci disposent d’une forte autonomie, en particulier dans des domaines comme la police, l’éducation ou la culture. De plus, ils détiennent toutes les compétences qui ne sont pas explicitement léguées à l’État fédéral par la Loi fondamentale.

Le pouvoir législatif est quant à lui réparti entre les deux chambres allemandes : le Bundestag et le Bundesrat. Le Bundestag, la chambre basse du parlement, détient le plus de compétences. Cet organe a pour rôle d’émettre des propositions de loi, d’en débattre et de les voter, et est en charge du droit budgétaire. Le Bundesrat est la chambre haute du parlement. Il représente les Länder au niveau fédéral et profite également d’un droit d’initiative législative. Cette chambre dispose d’un droit de véto sur les lois votées par le Bundestag, véto uniquement suspensif lorsque la loi ne concerne pas directement l’autonomie des Länder.

Le pouvoir exécutif est pour sa part entre les mains du chancelier. Il est élu à la majorité absolue par les membres du Bundestag. Celui-ci nomme les ministres du gouvernement et définit la ligne directrice en termes d’orientation politique. Enfin, il joue également un rôle de médiateur en cas de désaccord entre ministres.

Le président de la république fédérale endosse une fonction principalement honorifique. L’une de ses fonctions consiste à proposer des chanceliers, les nommer et les révoquer, ou encore à accréditer les représentants diplomatiques pour ne citer que ces quelques fonctions. Cependant, la plupart du temps, le président a besoin du contreseing du chancelier ou du ministre compétent.